Désolé ! Vous ne pouvez pas copier des articles, des vidéos ou des images. Contenu protégé.
Aujourd'hui18 November, 2019

Libre par Ordonnance Présidentielle, Franck Diongo annonce la poursuite de sa lutte politique

Le leader du Mouvement Lumumba Progressiste (MLP), Franck Diongo, qui a quitté la prison de Makala samedi, a pour la première fois après cette sortie de prison, a remercié ceux qui ont concouru à sa libération et annoncé la poursuite de sa lutte politique pour la libération du peuple congolais .

« Je remercie Dieu qui a permis que cette libération s’obtienne. Je remercie Dieu qui a fait que ceux qui voulaient me tuer puissent perdre. Je remercie le peuple pour son soutien. Sans le peuple, j’aurais été tué le 19 décembre 2016. Vous m’avez soutenu. Je remercie également le Président de la République qui a été utilisé par Dieu pour ma libération. Le président a compris qu’il doit être contre l’arbitraire, contre l’injustice », a déclaré Franck Diongo devant les militants de son parti.

Pour cet opposant, « le combat contre l’injustice ne doit pas s’arrêter avec la grâce présidentielle. C’est la justice qui élève une nation. Personnellement, tous ceux là qui m’ont causé du tort, du commanditaire aux exécutants, je pardonne. Je pardonne aussi à l’administration de la prison qui a refusé que je reçoive des visites. Même l’actuel chef de l’Etat a été interdit de me rendre visite. Ils ont refusé que je me rende aux hôpitaux. Ils ont refusé que j’obtienne une carte d’électeur. Ils ont fait de moi, un animal, sans identité, dans mon propre pays. Le combat doit continuer pour la libération du pays. Je vais consulter les instances du parti avant de m’exprimer. Celui qui va se dresser contre les intérêts du pays et contre la démocratie nous trouvera sur son chemin », a t-il déclaré.

Franck Diongo avait été condamné le 28 décembre 2016 en procédure de flagrance pour « séquestration de trois militaires de la Garde républicaine à cinq ans de prison ferme par la Cour suprême de justice. La Cour de cassation avait confirmé en septembre 2018 sa condamnation à 5 ans de prison ferme. Franck Diongo et ses proches, qui ont toujours rejetées ces accusations, bénéficié d’une grâce présidentielle, avant sa libération.

ACP

Share

Le site d'information et d'actualité de la présidence de la République Démocratique du Congo. Informez vous à la source directement, c'est à dire sur ce site internet ou en utilisant notre application mobile "Présidence RDC".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *